[Journées d'études] Architectures de mémoire

Date: 
Jeudi, Septembre 25, 2014 - 17:00

2 journées les 6 et 7 novembre 2014 à Montréal
Université du Québec à Montréal
salle Judith-Jasmin J-4255
---
1 journée le 10 décembre 2014 à Paris
Archives Nationales, Pierrefitte-sur-Seine
Université de Paris 8

Le modelage des bases de données et leur exploration constituent, suivant les mots de Lev Manovich, une nouvelle catégorie-clé de la culture, l’« info-esthétique ». Cette esthétique de l’information est fondée sur la description sémantique des contenus, sur leur lisibilité en somme, dont le moteur de recherche serait l’outil privilégié. La mise en forme de l’information, langagière, mais aussi spatiale, apparaît alors comme une nouvelle façon de décrire et de représenter le monde.

Aujourd’hui, des chiffres vertigineux provoquent nos sens. Il s’agit de ceux qui réfèrent au nombre de pages en circulation sur internet et à la quantité de bits d'information que cela représente. Il y aurait environ mille milliards, autrement dit un billiard de pages actuellement entreposées sur les serveurs du monde entier. Selon la société IDC, à l’ère des big data, « Le volume de données produites chaque année dans le monde devrait être multiplié par 44 d'ici 2020 pour atteindre 35 Zo, soit une croissance moyenne de plus de 45 % par an. Dans le même temps, la capacité de stockage disponible progressera d'un facteur. »

À la vue de ces chiffres, on comprend aisément que l’augmentation considérable des informations en circulation à travers les réseaux liée à l'accroissement des capacités de stockage pose la question primordiale de l’accès à l’information et donc de sa visualisation. À quoi sert-il de sauvegarder des milliards de données sur les serveurs de la planète, s’il nous est impossible d’y accéder ? L’une des clés du succès d’Internet ne provient-elle pas justement des facilités que nous proposent les moteurs de recherche pour trouver les informations? Ainsi, depuis les années 90 et la création de Yahoo!, plusieurs générations d'annuaires Web et de moteurs de recherche saisissent toutes les pages qui ne sont pas encore classées dans leurs archives à l’aide de programmes spécifiques, les spider ou les crawler.

Les moteurs de recherche sont nombreux et certains très spécialisés. Leur grande diversité d’approche dans la fouille des données prouve qu’il n’y a pas qu’une seule manière de rechercher les données et que cette exploration génère des modèles, des représentations et des esthétiques différentes d’accès aux informations. En fait, les voyages organisés dans les bases de données créent une nouvelle branche de la culture. Comme l’écrit Lev Manovich :

Nous avons besoin de quelque chose qui peut être appelé « info-esthétique », une analyse théorique de l'esthétique de l'accès aux informations ainsi que la création de nouveaux objets multimédias qui «esthétisent» le traitement de l'information. Dans une époque où tout le design est devenu « design d’information », et où, pour paraphraser le titre du célèbre livre de l’historien de l’architecture Sigfried Giedion, « le moteur de recherche a pris les commandes », l'accès à l'information n'est plus seulement une forme essentielle de travail, mais aussi une nouvelle catégorie clé de la culture. En conséquence, elle exige que nous traitions avec elle théoriquement, esthétiquement et symboliquement.

Partant de ces diverses réflexions, le cycle de journées d’études que nous proposons veut interroger ce concept de plasticité des bases de données d’une manière transversale en mêlant des intervenants provenant de différents champs d’études :

  • architecture
  • patrimoine
  • archives
  • art
  • littérature
  • philosophie
  • sciences sociales
  • ingénierie
  • design
  • etc.

 

Quels sont les liens entre bases de données et narration, cognition, représentation, mémoire, processus de découverte, iconotextualité, culture, design, codification, etc. ? Comment décrire les dimensions théorique, esthétique et symbolique des bases de données et de leurs moteurs?  Quel est, ultimement, l’impact de ces bases de données à notre époque ?  

*   *   *   *   *

Ce cycle de journées d’études est organisé en préparation d’un colloque international Labex Arts-H2H / NT2 qui se tiendra à l’automne 2015. Nous privilégierons par les journées d’automne 2014 un style plus ouvert et informel d’interventions (10 à 15 minutes complétées par des présentations d’œuvres, le tout suivi de discussions en tables rondes). Ces interventions peuvent porter sur de la recherche ou de la recherche-création.

Si vous êtes intéressés à participer, veuillez, d’ici le 25 septembre nous écrire à architecturesdelamemoire@gmail.com, en nous donnant un titre descriptif de votre intervention, suivi de quelques lignes de résumé, ainsi qu’une brève notice biographique.

 

Comité scientifique
Jean-Marie Dallet, Université de Paris 8, dallet@me.com
Bertrand Gervais, Université du Québec à Montréal, gervais.bertrand@uqam.ca

 

Coordination à Montréal (UQAM)
Andréanne Pierre & Ariane Savoie, Laboratoire NT2, UQAM
Observatoire de l’imaginaire contemporain / programme de recherche RADICAL

architecturesdelamemoire@gmail.com

 

Coordination à Paris (Paris 8)
Benoît Montigné, Coordonnateur
Laboratoire TEAMeD, AI-AC