Message d'erreur

  • Warning : Illegal string offset 'data' dans template_preprocess_calendar_month() (ligne 38 dans /var/aegir/platforms/drupal-7-2013.11.27/sites/figura-concordia.aegir.nt2.uqam.ca/modules/contrib/calendar/theme/theme.inc).
  • Warning : Illegal string offset 'data' dans template_preprocess_calendar_month() (ligne 43 dans /var/aegir/platforms/drupal-7-2013.11.27/sites/figura-concordia.aegir.nt2.uqam.ca/modules/contrib/calendar/theme/theme.inc).
  • Warning : Illegal string offset 'data' dans template_preprocess_calendar_month() (ligne 38 dans /var/aegir/platforms/drupal-7-2013.11.27/sites/figura-concordia.aegir.nt2.uqam.ca/modules/contrib/calendar/theme/theme.inc).
  • Warning : Illegal string offset 'data' dans template_preprocess_calendar_month() (ligne 43 dans /var/aegir/platforms/drupal-7-2013.11.27/sites/figura-concordia.aegir.nt2.uqam.ca/modules/contrib/calendar/theme/theme.inc).
  • Warning : Illegal string offset 'data' dans template_preprocess_calendar_month() (ligne 38 dans /var/aegir/platforms/drupal-7-2013.11.27/sites/figura-concordia.aegir.nt2.uqam.ca/modules/contrib/calendar/theme/theme.inc).
  • Warning : Illegal string offset 'data' dans template_preprocess_calendar_month() (ligne 43 dans /var/aegir/platforms/drupal-7-2013.11.27/sites/figura-concordia.aegir.nt2.uqam.ca/modules/contrib/calendar/theme/theme.inc).
  • Warning : Illegal string offset 'data' dans template_preprocess_calendar_month() (ligne 38 dans /var/aegir/platforms/drupal-7-2013.11.27/sites/figura-concordia.aegir.nt2.uqam.ca/modules/contrib/calendar/theme/theme.inc).
  • Warning : Illegal string offset 'data' dans template_preprocess_calendar_month() (ligne 43 dans /var/aegir/platforms/drupal-7-2013.11.27/sites/figura-concordia.aegir.nt2.uqam.ca/modules/contrib/calendar/theme/theme.inc).
  • Warning : Illegal string offset 'data' dans template_preprocess_calendar_month() (ligne 38 dans /var/aegir/platforms/drupal-7-2013.11.27/sites/figura-concordia.aegir.nt2.uqam.ca/modules/contrib/calendar/theme/theme.inc).
  • Warning : Illegal string offset 'data' dans template_preprocess_calendar_month() (ligne 43 dans /var/aegir/platforms/drupal-7-2013.11.27/sites/figura-concordia.aegir.nt2.uqam.ca/modules/contrib/calendar/theme/theme.inc).

Novembre 2018

dim lun mar mer jeu ven sam
28
29
30
31
1
2
3
 
 
 
 
 
 
 
4
5
6
7
8
9
10
 
 
 
 
 
Traduction et presse canadienne — Un état des lieux

Traduction et presse canadienne — Un état des lieux

Date: 
Vendredi, Novembre 9, 2018 - 17:00

Journée d’études
Traduction et presse canadienne : Un état des lieux
Université Concordia, 25 janvier 2019

Ancrée dans la réalité de son époque, la presse écrite représente une source d’informations précieuse pour étudier tant les évènements les plus importants que les faits mineurs. La presse, qui  joue un rôle important dans la propagation des idées et la diffusion des débats, fait souvent appel à des sources d’information étrangères et en langues étrangères. C’est le cas de la presse actuelle mais également de la presse ancienne.

Située entre la traductologie et le journalisme, la traduction dans la presse (aussi appelée « traduction journalistique » ou « traduction de nouvelles ») est considérée comme un type de traduction spécialisée, directement liée à la compilation, à la production et à la dissémination de nouvelles à partir de sources en langue étrangère (Palmer, 2008; van Doorslaer, 2010). Tel que signalé par plusieurs spécialistes, la traduction dans la presse n’a pas attiré l’attention qu’elle mérite, malgré son omniprésence et son importance (Bielsa, 2007; Hernández Guerrero, 2009; Valdeón, 2010; van Doorslaer, 2010). En fait, la traduction est continuellement reléguée au second plan et reste presque toujours invisible (Hernández Guerrero, 2005).

Le manque d’attention de la part des chercheurs pourrait être lié à la complexité du corpus. Nous pouvons évoquer d’abord le lien parfois problématique entre le texte source et sa traduction. Lorsqu’il est traduit, le texte source passe généralement par un long processus de transformation et de réécriture, ce qui résulte maintes fois en un nouveau texte adapté au lecteur cible. Ainsi, retracer la source est une tâche parfois très difficile. La traduction, pour sa part, peut prendre diverses formes : elle peut être intégrale, partielle ou, encore, engendrer un texte hybride qui allie traduction stricto sensu de certains passages, discours indirect, résumé et/ou commentaire. Bref, une perspective élargie de la traduction en tant que concept et objet d’étude (Tymozcko, 2007) s’impose lorsqu’on étudie la traduction dans la presse. C’est surtout depuis les années 2000 que ce domaine de recherche a éveillé l’intérêt des traductologues. À titre d’exemple, en 2008 la Routledge Encyclopedia of Translation Studies (Baker & Saldanha, 2008) a inclus une entrée intitulée « News Gathering and Dissemination » (Palmer, 2008) et, deux ans plus tard, le Handbook of Translation Studies (Gambier & Doorslaer, 2010) a introduit l’entrée « Journalism and Translation » (van Doorslaer, 2010).

Dans un contexte officiel de bilinguisme tel que celui du Canada, la présence de traductions dans la presse n’a rien d’étonnant. En effet, depuis l’arrivée des premiers périodiques – le Halifax Gazette en 1752 et La Gazette de Québec en 1764 –, les rédacteurs emploient des journaux étrangers comme source d’information. Là encore, la place de la traduction dans la presse ainsi que le rôle des agents de traduction n’a pas attiré suffisamment l’attention des chercheurs. Quelques traductologues canadiens se sont penchés sur la presse contemporaine du point de vue traductologique, notamment sur la traduction de discours politiques dans la presse (Gagnon 2006, 2010, 2012, 2013, 2014), ainsi que sur la traduction du discours financier dans la presse canadienne (Boulanger, 2017). La presse canadienne ancienne, en revanche, demeure un champ de recherche peu exploré par la traductologie. Hormis quelques articles, les historiens de la presse abordent très brièvement la présence et l’importance de la traduction. Lorsqu’elle est mentionnée, ce n’est que de manière anecdotique. Quelques travaux apportent une contribution importante au domaine de la traduction dans la presse ancienne francophone du Canada (Demers, 1993 ; Delisle, 2016 ; Gallichan, 2010 ; Lebel, 1982 ; Morin, 2006) mais, somme toute, ils se limitent à un panorama de la traduction dans quelques périodiques anciens (particulièrement dans The Quebec Gazette/La Gazette de Québec, Le Canadien et La Minerve), sans toutefois étudier en profondeur la nature de l’activité traductionnelle. Plus récemment, l’étude de la traduction dans La Minerve, l’un des premiers périodiques publiés à Montréal (de 1826 à 1899), fait état d’une présence impressionnante de traductions provenant non seulement d’autres périodiques publiés dans les colonies britanniques en Amérique du Nord, mais de l’étranger (Navarro, soumis). Dans le contexte colonial où prend place La Minerve, l’étude de la traduction permet d’observer le « rapport d’inégalité politique » entre le Canada anglais et le Canada français (Simon, 1989). Cette étude permet également d’observer la façon dans laquelle la traduction s’insère dans le projet politique soutenu par les éditeurs du périodique. La pertinence de l’étude de la presse canadienne sous un regard traductologique, peu importe la période visée, semble être incontestable.

Dans une approche interdisciplinaire (traductologie, histoire culturelle, sociologie, histoire, histoire de la presse, journalisme, entre autres), cette journée d’études se veut une occasion pour réfléchir à la traduction ainsi qu’à son incidence sur les évènements tant historiques que contemporains dans le contexte canadien. Nous invitons des jeunes chercheurs et des chercheurs expérimentés provenant de divers horizons disciplinaires à partager leurs travaux et réflexions sur la traduction dans la presse canadienne, tant contemporaine qu’ancienne.

Bref, les réflexions de cette journée d’études seront menées autour de cinq axes :

  1. Les traductions : S’agit-il principalement de nouvelles étrangères ou de nouvelles provenant de l’autre langue officielle canadienne? S’agit-il de traductions littérales, d’adaptations, de réécritures, etc.?
  2. Les textes sources : Quels sont les textes servant de source d’information et de traduction pour la presse canadienne? Les périodiques provenant de l’étranger représentent-ils une source importante? Quel est le pays et la langue d’origine des textes sources?
  3. Les agents de traduction : Qui sont les traducteurs de la presse canadienne? Quelle est leur formation intellectuelle? Quel est leur profil linguistique? Qui sont les autres agents impliqués dans le processus traductionnel (tels que les différents traducteurs, les éditeurs, les collaborateurs, etc.)? Il est important d’étudier non seulement le rôle du traducteur, mais également du « réseau d’agents sociaux actifs », tel que l’appelle Hermans (1996).
  4. La diffusion de la traduction et ses effets : Quelles sont les idées et les nouvelles véhiculées par la traduction? Quel est l’impact de ces traductions? Quelle est la réaction des différents groupes sociaux face à ces traductions?
  5. Le discours sur la traduction : Qu’est-ce que les rédacteurs disent à propos de la traduction? Peut-on parler d’une conception ou fixation – implicite ou explicite – de l’activité traductionnelle?

Veuillez envoyer votre proposition de communication de 300 mots, en anglais ou en français, avec un résumé biographique de 4-5 lignes, à l’adresse suivante : colloquepressetraductioncanada@gmail.com  d’ici le 9 novembre 2018. Pour toute question, veuillez communiquer avec Aura Navarro (colloquepressetraductioncanada@gmail.com).

11/09/2018 - 17:00
 
 
11
12
13
14
15
16
17
 
Concours de bourses de maîtrise de Figura Concordia (2018-2019)

Concours de bourses de maîtrise de Figura Concordia (2018-2019)

Date: 
Lundi, Novembre 12, 2018 - 17:00

Figura, le Centre de recherche sur le texte et lʼimaginaire (antenne Concordia) offre pour lʼannée universitaire 2018-2019 des bourses de maîtrise allant de 2500$ à 4000$

Date limite : le lundi 12 novembre 2018, à 17h. 

Ce concours est ouvert à tous les candidats dont la recherche est ou sera dirigée par un membre régulier associé à l'antenne Concordia du Centre Figura, qui est inscrit à un programme de maîtrise en 2018-2019, qui ne détient pas une bourse provenant des grands organismes subventionnaires (FRQSC, CRSH) et qui n’a pas déjà reçu la bourse de maîtrise Figura-Concordia.

 

Les DOSSIERS DE CANDIDATURE doivent comprendrent :

  • un curriculum vitæ indiquant le parcours universitaire et, sʼil y a lieu, les publications et communications, les bourses obtenues et les expériences pertinentes (professionnelles ou de recherche);
  • une version numérisée des relevés de notes de lʼensemble des études universitaires (il nʼest pas nécessaire de faire certifier ces documents);
  • une description du projet de recherche (max. 300 mots; tout dépassement entraînera la disqualification de la candidature; indiquer le nom du directeur ou de la directrice de recherche).

 

CRITÈRES GÉNÉRAUX DE SÉLECTION

  • le dossier universitaire;
  • le projet de recherche.

 

LES DOSSIERS DE CANDIDATURE doivent être envoyés en un seul fichier et en format PDF à figura@concordia.ca

Pour toute demande dʼinformation, veuillez communiquer avec le bureau de coordination de Figura Concordia, en écrivant à figura@concordia.ca ou en composant le 514-848- 2424, poste 5366.

Fichier(s) attaché(s): 
Fichier attachéTaille
bourses-2018-small.pdf133.89 Ko
11/12/2018 - 17:00
 
Conférence de Rhonda Mullins — «Trials and Tribulations in Translation»

Conférence de Rhonda Mullins — «Trials and Tribulations in Translation»

Date: 
Mardi, Novembre 13, 2018 - 16:00

Dans le cadre de sa résidence au Département d’études françaises de l’Université Concordia, Rhonda Mullins présente une conférence intitulée Trials and Tribulations in Translation.

Rhonda Mullins est traductrice littéraire. Elle a reçu en 2015 le Prix du Gouverneur Général pour sa traduction Twenty-One Caridnals du roman de Jocelyne Saucier. Elle a été cinq fois finaliste à ce prix. Elle vit à Montréal.

Bienvenue à toutes et à tous!   

Mardi le 13 novembre 2018, dès 16h
Université Concordia
Pavillon J.W. McConnell
1400, de Maisonneuve Ouest
Salle LB.619

Fichier(s) attaché(s): 
Fichier attachéTaille
affiche-rhondamullins2-print.pdf3.24 Mo
11/13/2018 - 16:00
 
Signes de vie, une installation de Geneviève Sicotte

Signes de vie, une installation de Geneviève Sicotte

Date: 
Mercredi, Novembre 14, 2018 - 10:00 - Vendredi, Novembre 23, 2018 - 18:00

Dans le cadre de l'exposition What is Food?, Geneviève Sicotte présente l'installation vidéo Signes de vie / Vital Signs, une œuvre qui explore sur un mode intimiste les résonances affectives du thème alimentaire.

L'exposition What is Food?, qui est à l'affiche du 14 au 23 novembre, inaugure le nouvel espace 4TH SPACE / ESPACE 4 de l'Université Concordia. L'entrée est libre et gratuite. Au programme, de nombreux événements pour faire de cet espace un laboratoire vivant consacré à la recherche en études gastronomiques

Dans le contexte des rencontres du réseau de recherche «Autour de la table», Geneviève Sicotte animera une visite commentée de l'exposition le 15 novembre 2018, à 15h. Un événement à ne pas manquer!

Pour plus d'informations : http://www.concordia.ca/about/next-generation/4th-space/themes/what-is-food.html

WHAT IS FOOD?
14 au 23 novembre 2018
Heures d'ouverture : lundi au vendredi, de 10h à 18h.
ENTRÉE LIBRE ET GRATUITE

4TH SPACE / ESPACE 4
Université Concordia
Pavillon J.W. McConnell, salle LB.103
1400, boul. de Maisonneuve Ouest 

 

Fichier(s) attaché(s): 
Fichier attachéTaille
autour_de_la_table_15.11.18.pdf960.52 Ko
»
 
 
 
 
18
19
20
21
22
23
24
«
Signes de vie, une installation de Geneviève Sicotte

Signes de vie, une installation de Geneviève Sicotte

Date: 
Mercredi, Novembre 14, 2018 - 10:00 - Vendredi, Novembre 23, 2018 - 18:00

Dans le cadre de l'exposition What is Food?, Geneviève Sicotte présente l'installation vidéo Signes de vie / Vital Signs, une œuvre qui explore sur un mode intimiste les résonances affectives du thème alimentaire.

L'exposition What is Food?, qui est à l'affiche du 14 au 23 novembre, inaugure le nouvel espace 4TH SPACE / ESPACE 4 de l'Université Concordia. L'entrée est libre et gratuite. Au programme, de nombreux événements pour faire de cet espace un laboratoire vivant consacré à la recherche en études gastronomiques

Dans le contexte des rencontres du réseau de recherche «Autour de la table», Geneviève Sicotte animera une visite commentée de l'exposition le 15 novembre 2018, à 15h. Un événement à ne pas manquer!

Pour plus d'informations : http://www.concordia.ca/about/next-generation/4th-space/themes/what-is-food.html

WHAT IS FOOD?
14 au 23 novembre 2018
Heures d'ouverture : lundi au vendredi, de 10h à 18h.
ENTRÉE LIBRE ET GRATUITE

4TH SPACE / ESPACE 4
Université Concordia
Pavillon J.W. McConnell, salle LB.103
1400, boul. de Maisonneuve Ouest 

 

Fichier(s) attaché(s): 
Fichier attachéTaille
autour_de_la_table_15.11.18.pdf960.52 Ko
 
 
 
 
 
 
 
 
25
26
27
28
29
30
1
 
 
Journée d'étude Translating the Local — Le local en traduction

Journée d'étude Translating the Local — Le local en traduction

Date: 
Mardi, Novembre 27, 2018 - 13:00

TRANSLATING THE LOCAL : LE  LOCAL EN TRADUCTION
AN AFTERNOON AVEC ESTHER ALLEN 

Mardi 27 novembre 2018, de 13h à 17h

Please join us for a talk by internationally renowned translator Esther Allen, with contributions by Concordia University literary translators Hugh Hazelton, Danièle Marcoux, Mary di Michele, Benoit Léger and Judith Woodsworth.

Esther Allen is an internationally acclaimed translator, winner of a 2018 Guggenheim fellowship, co-founder of PEN World voices in 2005 and Professor at City University of New York. She has won the National Translation Award by the American Literary Translators Association, twice received National Endowment for the Arts Translation Fellowships and was a Fellow at the New York Public Library’s Cullman Center for Scholars and Writers. She edited, translated and annotated José Martí: Selected Writings (Penguin Classics), named a 2002 Book of the Year by the Los Angeles Times Book Review, and was co-translator of The Selected Non-Fictions of Jorge Luis Borges (Viking), edited by Eliot Weinberger, awarded the 1999 National Book Critics Circle Award for Criticism. Esther Allen’s translation of Antonio Di Benedetto’s 1956 Zama was published by NYRB Classics in 2016 and selected by Publisher’s Weekly as one of the year’s 20 best works of fiction. A longtime activist on behalf of translation into English, Allen worked with Michael Henry Heim to establish the PEN/Heim Translation Fund in 2003. The French government named her a Chevalier de l’ordre des arts et des lettres in 2006. She is currently working on the translation of The Silentiary (first published in 1964) and The Suicides (1968), two novels by Antonio Di Benedetto (1922-1986). She co-edited with Susan Bernofsky. Allen, Esther (2013). In Translation: Translators on Their Work and What It Means.

PROGRAMME À VENIR

ENTRÉE LIBRE ET GRATUITE

Université Concordia
Pavillon J.W. McConnell
1400, de Maisonneuve Ouest
Salle LB.619

Fichier(s) attaché(s): 
Fichier attachéTaille
afficheestherallen-print.pdf3.58 Mo
11/27/2018 - 13:00